AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 St-Martyr, les choses à savoir

Aller en bas 
AuteurMessage
Angèle Simoneau
Fondatrice de St-Martyr
avatar

Messages : 95
Date d'inscription : 12/11/2013

MessageSujet: St-Martyr, les choses à savoir   Mar 12 Nov - 16:39

Le CEGEP St-Martyr a été fondé en 1980, par sa directrice actuelle, Angèle Simoneau. Comme il se situe dans le fin fond du Québec, les gens en entendent peu parler, et sa réputation n'est pas particulièrement brillante.

Réputation de l'établissement

Les taux de réussite sont bas, et les étudiants demeurent généralement plus longtemps que la normale derrière les bancs d'école. Dans le palmarès des CEGEP, St-Martyr doit se situer au plus bas de la liste. Il est pourtant la fierté des habitants de St-Trailouin : la premier établissement d'éducation supérieure dans cette toute petite ville.

Au vu de sa réputation chancelante, St-Martyr ne peut pas se montrer très sélectif ni dans le choix de son personnel, ni dans celui des étudiants.

Les enseignants et le personnel

Ce ne sont pas nécessairement les meilleurs qui se retrouvent à enseigner dans le CEGEP. Généralement, ce sont des gens du village, les quelques adultes qui ont fait des études à l'extérieur de leur temps.

Personne de l'extérieur n'a envie de s'installer dans ce trou perdu pour enseigner à St-Martyr. Pourtant, il y a une bonne proportion du personnel qui proviennent du reste de la région. La rumeur dit que certains de ces enseignants auraient été renvoyés de leurs emplois précédents, ou interdits d'enseigner. Et comme St-Martyr ne peut pas se permettre d'être sélectif dans son embauche, toutes les pommes pourries tombent dans le seau.

Les étudiants

Si la plupart des CEGEP fixent une moyenne minimum pour accepter un étudiant, St-Martyr ne fait pas autant de chichis. La grande majorité des étudiants proviennent du village. Le reste, ce sont des jeunes d'un peu partout qui se sont vus refuser l'accès par tous les autres établissements. Ce qui nous fait un ensemble plutôt coloré.

Les programmes pré-universitaires et les techniques

C'est un CEGEP de village, il ne faut pas l'oublier. Les programmes disponibles ne sont pas immensément nombreux. Pour vous donner une idée, voici la liste.

Pour le pré-universitaire, on peut s'inscrire dans l'un de ces programmes : sciences de la nature, sciences humaines, arts visuels, arts et lettres, et musique.

Les programmes techniques sont plus nombreux, et généralement plus attirants puisqu'ils ne nécessitent pas de passer ensuite par l'université avant de trouver du travail dans son domaine. Voici les techniques offertes à St-Martyr : soins infirmiers, technologie forestière, technologie de maintenance industrielle, technologie minérale, technique policière, technique d'éducation, technique de travail social et technique de comptabilité.

Dans un établissement normal, les départements seraient séparés les uns des autres. Mais à St-Martyr, tout est un peu broche-à-foin (un peu n'importe quoi). On trouve donc des locaux de musique à côté des locaux de maintenance industrielle, des locaux d'art à côté des locaux de comptabilité, etc. Deux cours consécutifs peuvent se trouver à deux opposés du bâtiment.

Les rumeurs et étrangeté

En mettant les pieds dans le CEGEP pour la première fois, vous remarquerez une odeur particulière, lourde, et surtout non-identifiable. À la longue, on finit par s'y habituer et ne plus y faire attention. La direction dit que c'est à cause des travaux dans le sous-sol, mais ça dure depuis tellement d'années que c'est un peu louche. D'ailleurs, l'odeur prend plus d'importance plus on s'approche du sous-sol.

Le sous-sol est interdit d'accès. On ne peut y accéder que par un ascenseur situé à l'extrême nord du CEGEP. Si l'on y descendait, on tomberait sur un long couloir un peu glauque se terminant par deux grandes portes métalliques fermées par des chaînes. Mais si vous vous rendez aussi loin, le concierge vous mettra la main au collet et vous fera remonter illico presto.

Le concierge est muet, enfin on le croit. Il n'a pas dit un mot depuis des années, ça c'est pour sûr. On dirait qu'il est toujours présent, à surveiller les étudiants, et même les enseignants. Très grand, il impose un certain respect, ce qui n'empêche pas les jeunes, dès qu'il a le dos tourné, de répandre un paquet de rumeurs sur son compte : il serait un pervers, sûrement un fétichiste des pieds, qui aurait déjà fait de la prison et aurait noyé un chat dans un bain, si ce n'était pas un bébé. Enfin, vous voyez le portrait.

On dirait qu'il y a toujours quelque chose à réparer dans le CEGEP. Les néons clignotent souvent, l'électricité manque régulièrement, et pas que lorsqu'il y a du vent ou de la neige : n'importe quand. Des fissures se forment sur les murs de certains locaux, calfeutrées immédiatement par le concierge, mais elles semblent toujours revenir. Les portes de casiers laissés sans cadenas s'ouvrent parfois toutes seules, avec fracas et sans explications, toujours lorsque quelqu'un se trouve devant. Les tiroirs de classeurs, dans les locaux des professeurs, font de même. Les enseignements apprennent à protéger leurs tibias, et les élèves à ne pas marcher trop près des casiers.

Certaines mauvaises langues pourraient se demander pourquoi le CEGEP est encore ouvert. St-Martyr a connu son lot de malheurs : des disparitions, des meurtres inexpliqués. Et pourtant, tout reste ouvert. Même les lendemains de tragédie, les cours se poursuivent comme si de rien était. Pour les habitants de la ville, c'est la norme. Pour ceux de l'extérieur, ça paraît étrange.

Mais la plus grande étrangeté de St-Martyr demeure sa directrice. Âgée de tout au plus 40 ans, elle aurait fondé le CEGEP en 1980. Mais si l'apparence de son âge dit vrai, elle aurait fondé l'établissement alors qu'elle n'avait pas plus de dix ans. Or, si on se donnait la peine de lire les journaux de l'époque, on verrait qu'elle était alors âgée de 37 ans. La rumeur dit également que la directrice n'a pas été vue en dehors du CEGEP depuis l'ouverture de celui-ci : personne ne la voit en ville, ni même sur le terrain de l'établissement. Certains croient qu'elle vit dans le CEGEP, peut-être dans le sous-sol si bien gardé. Et puis il y a cet énorme molosse noir qui la suit partout, sans raison apparente.

Prison démoniaque et bulles de chaos

C'est une réalité très peu connue. Presque personne ne sait ce qui se trame réellement à St-Martyr. Vos personnages ne devraient normalement pas être au courant.

La fondatrice même n'était pas au courant, mais le CEGEP a été bâti sur un emplacement précis, pour fermer une porte infernale et emprisonner tout ce qui pourrait en sortir. Peu de personnes sont au courant à ce jour. La porte se situe au sous-sol, bien gardée. Il arrive que quelque chose s'en échappe, parfois un démon, parfois seulement une bulle de chaos. Les démons ne peuvent pas quitter l'enceinte de l'établissement, ils en sont prisonniers. Les bulles de chaos sont un peu plus imprévisibles. Comme une bulle qui se remonte à la surface pour y exploser, elles peuvent le faire n'importe où en ville et causer des évènements étranges et inexplicables. Les phénomènes sont bien contenus, généralement : la directrice y voit, avec l'aide d'un démon qui ne tient pas à voir s'échapper d'autres démons, plus forts et plus mauvais que lui-même.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://st-martyr.frbb.net
 
St-Martyr, les choses à savoir
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Choses à savoir en Combat Double.
» JOCELAINE,MOISE JEAN CHARLES ONT RAISON ! DEMAIN CE SERONT NEPTUNE ET ALEXIS
» Qui a éteint la lumière ? ✖ Chan Yeol
» 5 choses à savoir
» Galatéa > Parce que voir et savoir sont deux choses différentes (fiche terminé)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Saint-Martyr des damnés  :: Avant de passer aux choses sérieuses :: Contexte et cie.-
Sauter vers: